Logistique

Le train est l’avenir du fret ! Une centaine d’industries et quatre secteurs – énergie, agriculture, agroalimentaire et matériel de construction – sont concernés par cette activité fret. Les attentes des opérateurs économiques évoluent à grande vitesse. Alors que le marché international est de plus en plus concurrentiel, les entreprises se concentrent sur leur cœur de métier et externalisent le reste. L’ONCF a intégré la logistique à son métier de transporteur. Son objectif : devenir le premier logisticien du Maroc, un opérateur global, maîtrisant toute la chaîne logistique.

La logistique, un nouveau métier. Depuis quelques années, l’entreprise s’est diversifiée dans les métiers de la logistique, créant des ports sous douane et des plateformes de stockage pour ses clients. Elle propose tous les services complémentaires au rail, y compris le transport par route. L’ONCF s’est entouré également de transitaires expérimentés en freight forwarding, qui maîtrisent l’organisation du transport des marchandises à travers le monde entier, avec un rapport optimal en délais et en coûts. Les ambitions de l’ONCF ne sont pas seulement nationales. Le transporteur pourra à terme répondre aux besoins importants de l’Afrique en matière de gestion de transport et de logistique. !

Transporter, stocker et distribuer : une intégration réussie grâce aux nouvelles plateformes multimodales de l’ONCF, qui s'inscrivent dans le cadre de la stratégie nationale de compétitivité logistique. L’entreprise ferroviaire est en train d’implanter ces plateformes aux abords des pôles économiques du Royaume, à Tanger, Marrakech, Ain Sebaâ, Zenata, Fès, Oujda, Nador. Le stockage des conteneurs sur des plateformes dédiées évite la saturation des ports et fait gagner du temps aux transitaires, en termes de délais et de procédures douanières. Le port sec sous douane, qui offre les mêmes services qu’un port maritime, présente de nombreux avantages : la marchandise débarquée au port est tout de suite transférée au terminal ferroviaire ou port sec, et toutes les formalités douanières et administratives s’effectuent à destination. Pour le client, les opérations de réception ou de sortie du port sec sont rapides. Quant à l’immobilisation des marchandises en attente de formalités, elle est peu coûteuse et compétitive : quatorze jours de stockage sans frais au port sec, contre sept jours seulement dans les ports maritimes.

image

LA PLATEFORME MITA

Le phosphate et le train, un partenariat qui dure depuis un siècle. L’ONCF, qui fait circuler plus d’une vingtaine de trains de phosphate quotidiennement sur les axes Khouribga-El Jorf, Khouribga-Casablanca et Benguérir-Safi, a des liens historiques privilégiés avec le leader mondial du phosphate. L’entreprise ferroviaire a accompagné sans faillir l’OCP tout au long de son évolution depuis cent ans, plaçant ce partenariat au cœur de sa stratégie. Aujourd’hui, son activité auprès du leader phosphatier s’est encore diversifiée et adaptée au développement de son client, assurant entre autres le transport des engrais par conteneurs, de Jorf Lasfar vers les ports de Tanger Med et de Casablanca pour l’export. Dans la continuité de leur histoire commune, l’OCP et l’ONCF reformulent leurs engagements mutuels dans un autre partenariat plus adapté aux nouvelles orientations stratégiques des deux entreprises nationales et prometteur pour les années à venir.

image

LE PARTENARIAT PHOSPHATE / TRAIN

L’automobile en première ligne ! L’ONCF propose une offre de transport sur mesure, spécialement adaptée au service de l’industrie automobile. Le développement des infrastructures portuaires de Tanger Med a ouvert une nouvelle porte sur la Méditerranée, point de passage économique stratégique. La mise en service de la ligne ferroviaire Tanger-Port Tanger Med a incité Renault à s’implanter sur cette ligne, en 2012, à 30 kilomètres du port de Tanger Med. Pour le constructeur automobile, ce maillon ferroviaire est déterminant dans la chaîne de production de ses véhicules, fabriqués à l’usine de Melloussa, puis exportés. L’ONCF a aussi créé une plateforme logistique au niveau de Casablanca, MITA, où il offre de nouveaux services pour ses clients automobile. Ainsi, Renault achemine aujourd’hui les voitures qu’il fabrique ou qu’il importe d’Europe vers MITA, où elles sont stockées et préparées avant leur mise en vente. Fort de cette expérience réussie, l’ONCF a signé en 2015 un contrat avec le groupe automobile français PSA, en vue d’assurer le transport et la logistique pour sa future usine prévue à Kénitra.

image

LE TRANSPORT AUTOMOBILE : UNE OFFRE SUR MESURE

Hydrocarbures et céréales, les deux plans logistiques initiés par l’ONCF portent leur fruit : le trafic de ces deux secteurs augmente. L'ONCF achemine des hydrocarbures (gasoil et fuel), stockés dans des réservoirs aux ports de Tanger Med et de Jorf Lasfar reliés à la voie ferrée. Le plan logistique céréalier prévoit la construction de silos de stockage sur les ports et les plateformes logistiques raccordés au réseau ferroviaire. Leur transport en train permet d’optimiser les coûts de déplacement et de massifier les envois. Avec la construction de la ligne grande vitesse en site propre, entre Tanger et Casablanca, et le déplacement de l’activité voyageurs vers ce mode de transport plus rapide, l’acheminement des marchandises sera optimisé, le fret reprenant la ligne classique. Et pour augmenter encore la productivité, une troisième voie est en cours de construction entre Kénitra et Casablanca, dédiée au transport ferroviaire du fret. Plus de trains, moins de camions : une réponse citoyenne aux questions de sécurité routière et d’environnement.

Les trains de barytine et de charbon, Nador en tête. Sur les quais du port de Nador débarquent et embarquent la billette (Sonasid), le charbon (ONEE) et la barytine. Avec la création de la ligne Taourirt-Nador, le train remplace avantageusement le camion. Les wagons de charbon, chargés au port, sont pesés sur le pont-bascule informatisé, avant de partir vers Jerrada jusqu’à la centrale de l’ONEE. La barytine emprunte le chemin inverse. Extraite des montagnes des environs de Bouarfa, elle est transportée par wagons jusqu’au port de Nador, où elle est exportée vers les États-Unis, la Suède et l’Algérie. Ce minerai très lourd, que la couleur ocre apparente au calcaire, sert essentiellement à la fabrication des trépans de forage. Chaque train emporte 2 000 tonnes de barytine.

MITA, la première née des plateformes multimodales de l’ONCF, a vu le jour en 2008, à Ain Sebaâ, à 6 kilomètres du port de Casablanca. La plateforme accueille un port sec régi sous douane, relié au réseau ferroviaire et équipé d’un système de sécurité très efficace. La plateforme comporte également des entrepôts, dans lesquels sont stockées les marchandises en attente d’être livrées, un parc de conteneurs déjà dédouanés au port et des conteneurs vides pour les compagnies maritimes. L’ONCF offre également des services à l’export : les produits sont dédouanés au port sec, puis expédiés vers les ports maritimes. MITA est une zone d’activités logistiques ultramoderne. Un système de gestion d’entrepôts très performant « Warehouse Management System » contrôle le circuit des marchandises dans le monde entier. La plateforme accueille également un hub messagerie, exploité par une filiale de l’ONCF, Carré, qui assure le transport routier, complémentaire au rail, et la distribution des marchandises. À proximité, un centre d'affaires offre des espaces de travail aux opérateurs pour leurs activités d’import-export.

[ZOOM]

Carré, société marocaine des transports rapides, est aujourd’hui un partenaire privilégié de la logistique. Filiale de l’ONCF, elle effectue le transport des marchandises par camions et propose des services de messagerie, d’affrètement et d’entreposage. Son parc de véhicules moderne sillonne le Maroc selon les besoins de ses clients. Elle développe régulièrement de nouveaux services et produits.

Screenshot


  • En quinze ans

    > 35 millions de tonnes de fret transportés.
    > Superficie des moyens logistiques :
    300 ha dédiés au réseau logistique.
    > de 60 000 véhicules transportés pour Renault
    en 2012 à 160 000 véhicules en 2014
    > 5 plateformes logistiques :
    MITA, Zenata, Fès, Marrakech, Tanger.

    Trafic portuaire (part de l’ONCF dans
    le trafic global du port) :
    > port de Casa : 50 % ;
    > port d’El Jorf : 40 % ;
    > Safi : 85 % ;
    > Nador : 50 % ;
    > Tanger Med : 40 %.

    Transport Carré :
    > 55 agences au Maroc ;
    > 150 camions ;
    > 320 collaborateurs.



  • Galerie