Expertise

Parmi les premiers pays arabo-africains pour la qualité de ses infrastructures ferroviaires, le Maroc doit ce classement remarquable à l’ONCF qui, depuis quinze ans, investit dans la modernisation et le développement de son réseau. Une évolution très rapide et une expertise accrue de tous les savoir-faire de ses collaborateurs, ingénieurs, techniciens, managers. Avec 2 109 kilomètres de lignes et près de 300 trains en circulation chaque jour au Maroc, les objectifs économiques, financiers, commerciaux et techniques ont dépassé les prévisions des contrats-programmes État-ONCF. Cette expertise se vend aujourd’hui à l’international. Plusieurs conventions ont été signées avec des pays d’Afrique subsaharienne, dont le Gabon, Djibouti, la Côte d’Ivoire. Ces pays pourront bénéficier du savoir-faire marocain pour leurs projets ferroviaires. Le Maroc est aussi le premier pays africain à avoir lancé la construction d’une Ligne à Grande Vitesse.

La Ligne à Grande Vitesse renforce l’expertise nationale. Requérant toutes les technologies de pointe, elle adoptera le système Da Vinci, progiciel de gestion intégrée du trafic développé par les Espagnols, l’un des plus performants au monde pour gérer le trafic ferroviaire. C’est un réel bouleversement pour l’exploitation au quotidien du chemin de fer marocain. Il intègre tous les systèmes de contrôle à distance, assure la planification de l’exploitation, l’état en temps réel du trafic, le système d’information géographique, l’envoi des consignes aux conducteurs et la gestion des informations de tous les boîtiers de commande. Il améliore l’efficacité du réseau et permet d’augmenter la fréquence et le nombre de trains en circulation.

Un institut ferroviaire d’excellence ! L’arrivée de la ligne à grande vitesse a révolutionné le mode de fonctionnement de l’ONCF et nécessité la présence d’experts à ses côtés. Nouvelles technologies, nouvelles compétences, exigences en matière de sécurité et de maintenance… En 2015, l’ONCF a créé, en partenariat avec la SNCF, un institut ferroviaire, afin de former des cheminots marocains mais aussi français. L’objectif ? Apporter de nouvelles compétences en matière de technologie ferroviaire de pointe, en utilisant des méthodes de pédagogie innovantes. L’institut s’adresse aussi bien aux cadres qu’aux techniciens ; il brasse tous les métiers ferroviaires, du conducteur appelé à conduire un train à grande vitesse aux managers.

image

L'INSTITUT DE FORMATION

L’expertise des métiers ferroviaires est appuyée et renforcée par la puissance et la performance des nouvelles technologies de l’information. Elles permettent d’offrir au voyageur une application sur son smartphone ou d’assurer une réservation par Internet. Grâce au développement progressif de la tarification modulaire, les clients sont encouragés à prendre le train en bénéficiant de tarifs bas à certaines heures. Affinant toujours plus son offre logistique, l’ONCF a investi dans l’automatisation et l’informatisation de l’activité du transport des marchandises. Avec « e-fret », créé en 2009, les clients fret peuvent effectuer en ligne les demandes de transport de marchandises ou de location de matériel, bénéficier des informations sur le transport et traiter à distance toutes les opérations. Dans le domaine du digital, l’ONCF se veut avant-gardiste en évoluant vers une structure plus innovante, impliquant collaborateurs, clients, fournisseurs et partenaires.

L’expertise ONCF s’exporte en Afrique. L’entreprise ferroviaire multiplie les initiatives pour partager son expérience et son savoir-faire et asseoir en Afrique le développement d’un système de transport ferroviaire fiable et viable. Ainsi, des formations sur la sécurité et la maintenance ferroviaire sont dispensées annuellement aux cheminots africains et à de hauts responsables par des experts ONCF et UIC (Union internationale des chemins de fer). Ces initiatives s’inscrivent en droite ligne avec la politique tracée par Sa Majesté Le Roi Mohammed VI pour renforcer la coopération sud-sud et améliorer la compétitivité du continent africain sur la scène internationale. Depuis 2010, l’ONCF préside l’UIC-Afrique. Une récompense pour l’engagement de l’entreprise dans les activités de coopération internationale.

[ZOOM] : La gestion de la maintenance assistée par ordinateur

Cette méthode de gestion assistée d’un logiciel est un outil essentiel pour améliorer la fiabilité des équipements et appuyer les services de maintenance de l’ONCF. Ses fonctionnalités sont multiples : elle gère et analyse la base de données fournie par les instruments de mesure et d’auscultation dont dispose l’engin EM120, prévoit l’évolution de l’état des installations, pilote les opérations de maintenance ou planifie automatiquement le plan de maintenance de l’année à venir. Pour optimiser les interventions sur le terrain et améliorer la productivité, le personnel de maintenance a été doté d’outils numériques – tablettes ou smartphones. La GMAO assure ainsi une meilleure gestion du service et une réduction des coûts.

Screenshot


  • Coopération sud-sud, entre 2010 et 2015

    24 visites d’expertise au
    profit des réseaux africains

    230 collaborateurs africains
    formés par l’ONCF

    8 conventions de coopération signées
    avec les réseaux africains

    > 15 séminaires annuels au Maroc
    > 1 séminaire sécurité UIC (Union Internationale des Chemins de fer) tous les deux ans avec près de 500 participants

  • Galerie