Développement

L’ONCF est au cœur de la modernisation du pays. La politique des grands chantiers, initiée par Sa Majesté Le Roi Mohammed VI depuis son accession au trône en 1999, est résolument tournée vers l’avenir. L’évolution du transport au Maroc est un des grands enjeux de la Vision Royale pour le développement socio-économique du pays. Dans cette dynamique, les transformations du secteur ferroviaire sont une priorité depuis une quinzaine d’années. L’ONCF, dont les missions sont le transport des voyageurs et des marchandises et l’exploitation des lignes ferroviaires, a connu depuis le début des années 2000 une expansion remarquable. Le moteur de cet essor fulgurant ? L’ambition de devenir le transporteur de référence au service des citoyens. Une stratégie qui s’inscrit dans les objectifs assignés au secteur du transport sur le plan national.

Des investissements, multipliés par sept en quinze ans, ont permis l’évolution exponentielle des grands projets de l’ONCF. L’entreprise, qui a connu une situation financière critique au milieu des années 1990, a pris un nouveau virage en l’an 2000. Un assainissement des comptes et une restructuration en interne, orientée par activités, ont remis l’entreprise sur les rails. Un premier programme d’investissements (5 milliards de dirhams) pour 2000-2004 a permis de débuter l’extension du réseau ferroviaire et d’acquérir des rames automotrices. De quoi redynamiser le secteur ferroviaire et proposer des liens plus forts entre les régions. Le client est désormais au centre de cette nouvelle vision stratégique. Pour le plan 2005-2009, les investissements ont presque quadruplé (18 milliards de dirhams). De nouvelles lignes ferroviaires ont été créées et les premières gares, réhabilitées. Pour 2010-2015, les investissements s’élèvent à 34 milliards de dirhams ! Un programme ambitieux, dopé par l’arrivée de la Ligne à Grande Vitesse, tandis que la modernisation du réseau conventionnel, du matériel roulant et des gares se poursuit. C’est aussi la naissance des plateformes logistiques qui vont faire évoluer le fret.

image

SUR LES RAILS DE L'AVENIR

L’aménagement des lignes et la modernisation du matériel roulant : une priorité pour l’ONCF, qui dispose d’un réseau ferroviaire moderne mais dont la capacité est encore limitée. L’entreprise a doublé ses lignes sur certains parcours, entamé le triplement de l’axe très sollicité Casablanca-Kénitra, électrifié les dernières voies de la région nord qui ne l’étaient pas encore, et renouvelé les équipements de signalisation. Le parc roulant a bénéficié d’importants investissements, qu’il s’agisse de rénovation ou d’acquisition, afin d’adapter l’offre à une demande croissante et d’assurer confort et sérénité à bord des trains. Les installations de sécurité s’appuient désormais sur des technologies de pointe en matière d’automatisme et d’informatisation.

La modernisation des gares, le développement de la logistique et l’avènement de la Ligne à Grande Vitesse sont aujourd’hui les projets phare des investissements. Les nouvelles gares, modèles d’architecture pour la plupart, prennent place au cœur des villes comme de véritables lieux de vie. La logistique, outil fondamental pour l’économie du Maroc, est l’avenir du développement du rail. Pour ce faire, l’ONCF met en place progressivement des plateformes logistiques dans les grandes agglomérations, avec une offre intégrée. Enfin, la Ligne à Grande Vitesse, qui reliera Tanger à Casablanca, est le point de départ d’une ambition nationale. Sa construction a fait naître une nouvelle dynamique, hissant tous les métiers vers l’excellence.

Des objectifs largement atteints, voire dépassés. Les trois contrats-programmes établis depuis quinze ans entre les pouvoirs publics et l’ONCF ont porté leurs fruits, et les engagements mutuels ont été respectés. L’entreprise ferroviaire se dote d’un réseau de plus en plus performant, améliore la compétitivité et l’efficacité du secteur, offre des prestations de qualité aux clients et assure la sécurité du transport. De plus, l’ONCF a modernisé ses méthodes de gouvernance. L’ONCF, institution nationale, s’est attelé depuis ces quinze dernières années à répondre pleinement aux exigences des citoyens et des opérateurs économiques. Avec une urbanisation en plein essor, une croissance démographique importante et un dynamisme économique accru, il est impératif de faciliter la mobilité des personnes et des marchandises. L’ONCF a donc étoffé son offre de transport sur tout le territoire en pensant multimodal, proposant ainsi d’autres moyens de déplacement que le train là où les lignes s’arrêtent : l’autocar pour les voyageurs, le camion pour les marchandises, et bientôt un réseau express régional.


  • En quinze ans

    Les investissements sont passés de 5 milliards de dirhams (2000-2004) à 34 milliards de dirhams (2010-2015).

    Le nombre de voyageurs est passé
    de 13,5 à 40 millions par an.

    Le fret est passé de 27 millions de tonnes
    transportées à 35 millions de tonnes.

  • Galerie